Notre rite forestier avant l’an 2000

Ce travail a été présenté aux Bons Cousins de La Renouée le 8 octobre 2011. Il a été documenté par l’exploitation des archives forestières de notre Bon Cousin Dominique M... qui les avait cédées à La Renouée en les déposants entre les mains de son Cousin Maître.
Les documents qui ont inspiré les lignes qui suivent ont circulé dans le Cercle après la communication.

Article mis en ligne le 13 mai 2015
dernière modification le 23 mai 2017

par La forge
logo imprimer
Enregistrer au format PDF

Restitution de l’intervention

L’inspirateur de la « Résurgence des rites forestiers » est un Maç :. français :
Régis BLANCHET.
Celui-ci a aussi été un infatigable artisan de son développement tout au long des années 90.

C’est au début des années 90 que R. Blanchet entreprend son œuvre. Il n’a à sa disposition que peu d’éléments historiques. Qu’importe, pour réaliser son projet il va emprunter à gauche et à droite, à la rigueur il n’a pas peur d’inventer.

Il va se revendiquer des mouvements philosophiques qui ont par ailleurs conduit à l’émergence maçonnique début XVIII. Il fait particulièrement référence à John Toland fondateur du « Druid Order »

En 93, il va avec ½ dz de FF fonder une Loge maçonnique provisoire pour initier le Grand Druide de Bretagne, ce qui permettra de présenter d’impressionnantes références celtiques.

Gwenc’hlan Le Scouëzec explique que sa filiation est à la fois druidique, initiatique et christique, soit textuellement :

  • Druidique, ayant reçu la filiation du Druid Order de John Toland de 1717 ;
  • Initiatique, étant héritier des filiations de l’illuminisme du XVIIIème Siècle, au même titre que le Martinisme, par exemple ;
  • Christique, puisque dépositaire de tous les sacerdoces chrétiens, romains, monophysites, ariens, orthodoxe, et j’en passe.
    C’est, dit Le Grand Druide, « Cette filiation apostolique qui, à travers la Pentecôte, me relie à la spiritualité du Christ et non pas à une Eglise quelconque. . . »
    Je vous épargne la suite pour terminer par la conclusion de ce discours fabuleux :
    « Entre nous soit dit, je suis le fils spirituel de St Pierre et de St Marc » (sic)

Voilà l’homme avec lequel R. Blanchet se met en ménage initiatique pour fonder une Vente, la première « Les Forestiers d’Avallon » sauf erreur.
Il va de soi que ce début est fort imprégné de druidisme.
Il va de soi également que ces deux personnalités fortes poursuivant des objectifs personnels certainement distincts n’ont pu collaborer longtemps dans la sérénité.

Après la rupture. . . :
R. Blanchet va promouvoir la création de Ventes « non druidiques ».
Et quand il y en a deux, il fonde la Grande Vente des Modernes qui se déclare « obédience » et s’arroge l’autorité fondatrice, le contrôle des initiations et celle des rituels.

Blanchet invente les Maîtres des Passages, ce sont les membres de la Grande Vente, somme toute l’équivalent forestier des « Grands Inspecteurs » qui articulent les Ventes sur La Grande Vente et qui se cooptent les uns les autres.

En juin 97, R.B. et ceux qui l’ont suivi contrôlent deux Ventes : La Claire Fontaine et John Toland, qui représentent en tout une trentaine de membres.

Les réunions des Grandes Ventes sont organisées strictement : Ordre du jour précis, rapporteurs, consignation des débats et des décisions, comme en Maçonn.

C’est ainsi que dans des archives de notre BC Dominique M... (Qui en 2008 fut un des fondateurs de La Renouée) j’ai découvert qu’au cours d’une réunion de G.V. en 97, Régis Blanchet s’explique à propos des rituels.
Il dit d’abord que le rite forestier devrait se constituer en fédération de rites afin de ne pas être exclusif. Il s’inspire ici encore de la F. Maçonn.
Puis il raconte comment il a réalisé les rituels que nous connaissons : (tout sic)

  • Fendeur : C’est en fait un rituel de corporation retranscrit par RAGON qu’il maçonnise
  • Charbonnier : Les rituels, dit Blanchet, bien que cités en 1747, n’ont jamais été retrouvés. Il dit être parti de données corporatistes archivées à Tours et les avoir transposées avec la « rythmique maçonnique ».
  • Forgeron : Il n’a rien trouvé en France. Les rituels sont élaborés à partir de traditions orales principalement du Canada (+recherches de Mircéa Eliade et tradition africaine)
  • Maître de Passage est créé de toutes pièces en Bretagne pour protéger le rite de l’intérieur au regard de l’expérience « druidique. » (sic)

Dans le même PV j’ai trouvé la fixation du rituel d’ouverture. C’est une création de R. Blanchet. Les participants évoquent la question de l’ordre des cabanes : Un membre, Maryvonne D., médecin homéopathe pratiquant des médecines parallèles, dit que la médecine chinoise semble d’accord avec l’ordre inscrit aujourd’hui dans le rituel (?).

Récemment, un F. sympathisant, Stéphane DC, m’a documenté sur la WICCA. (Une nouvelle religion glorifiant la sorcellerie qui s’est très fort développée dans les pays anglo-saxons.). Nous avons remarqué que notre Ouverture semble avoir des points communs avec la cérémonie WICCA. Que faut-il comprendre ?

Le PV de la Grande Vente de sept. 98 nous apprend la création d’une troisième Vente : EPONA, dont les fondateurs de La Renouée se souviennent avec émotion.
A cette date, les trois Ventes comptent ensemble à peu près 43 membres.

C’est en 98 qu’un dossier sera déposé par la Grande Vente auprès d’une grande Obédience maçonnique (sans doute le GODF), dans la perspective de faire reconnaître « Le Rite Maçonnique Forestier des Modernes » par la plus grosse Obédience de France.
Ce sera un flop.

La Grande Vente ne sera plus convoquée.
Des dissensions vont se développer.
Un courant autonomiste que l’on pourrait nommer « Forestier libre dans une Vente libre » fleurira.
La situation que nous connaissons aujourd’hui s’installe dès le début du nouveau millénaire : « les Ventes sont comme les îles du Pacifique » séparées si grandement les unes des autres qu’elle n’ont presque pas d’échanges, mais elle vivent libres et heureuses...

°
°    °

Avec le recul, la ligne de conduite de R. Blanchet apparaît comme fondée principalement sur les idées-forces suivantes :

  • La résurgence des rites forestiers doit les emmener au sein de la Maçonnerie française.
    Il semble bien que R. Blanchet n’ait jamais douté du caractère essentiellement maçonnique des rites forestiers. : Chaque fois que c’était possible il a introduit des concepts maçonniques dans la structuration des Ventes, l’organisation des Travaux et dans le développement des rituels (rénovation ou création selon les cas).
  • La deuxième idée-force est la recherche de « filiations spirituelles. » En quelque sorte des racines. Il a, pour en découvrir, creusé partout, fouillé tous les terreaux.
    Pour comprendre, voyez, par exemple, comment il s’adresse en 1997 à :
    « Tau IOHANNA II », Sophia-Evêquesse de la Succession Apostolique de Mgr Bossuet par l’Eglise Vieille Catholique de Hollande, primat du Collège Panthéiste Chrétien.
    Je cite :
    « . . .l’émergence du rite forestier, mais aussi sa croissance actuelle, repose encore pour quelques années sur mes épaules, c’est ainsi, et je veux – avant de passer la main – lui donner tous les atouts, tant sur le plan exotérique que sur le plan ésotérique... Le nerf sacerdotal est, à mes yeux, une de ces conditions nécessaires, mais il doit permettre aussi de ressoucher un noyau panthéiste à caractère transmissible afin de rénover quelque peu les chemins traditionnels et remettre en vigueur la sagesse de la pensée antique ».

On peut dire sans calomnier R. B. que sa grande créativité, sa culture et sa volonté tenace qui ont permis la résurgence du Rite, étaient sous-tendues par un caractère entier et autoritaire.
Il fallait le suivre ou disparaître !
Il a donc fait des adeptes fidèles. Et ce n’est pas diminuer leurs mérites de dire qu’ils « ont suivi sans discuter »
Le Maître est aujourd’hui disparu, on imagine facilement combien ceux qu’il a fidélisé sont sur la défensive dès qu’ils perçoivent qu’on pourrait émettre un doute sur la légitimité des options prises par le refondateur.
Or c’est ce que à quoi les BBCC de La Renouée sont exposés aujourd’hui lorsque, par exemple, sont mis à jour des rituels forestiers anciens qui révèlent des données contredisant les options prises par R. Blanchet ! (Ils étaient perdus en Hollande. Ils sont rédigés en Français et n’avaient jamais jusqu’ici attiré l’attention de Forestiers).
C’est ainsi qu’un des inconditionnels de R. B., apprenant notre intention de communiquer ce que nous avons découvert aux BBCC des autres Ventes, a mis notre Cousin Maître en garde et a tenté de lui interdire de communiquer ces données aux Bons Cousins de sa Vente par crainte de les déstabiliser ! »

C’est principalement cette attitude qui a inspiré à notre Cousin Maître
la proposition de réaliser le site internet La Renouée.

Au grand dam des adeptes de la centralisation et du « ratachisme » maçonnique : tel le BC M. H. qui tentera, sous couvert de l’établissement de la « Vente de recherche » que les membres de La Renouée souhaitaient créer pour notamment exploiter les trouvailles hollandaises, de restaurer avec ses amis le régime de la « Grande Vente ».

Ce BC fondit en 2009 les « Cabires » définie curieusement « Vente de Mission et de Recherche ».
Comme il s’en tenait à son refus de convenir d’une « déclaration de principe » devant exclure explicitement tout caractère prioritaire des Cabires sur les Ventes « ordinaires », nous rompîmes le contact et La Renouée refusa de paraître à la cérémonie de fondation comme fondateur.
Mais cela c’est une autre histoire et d’ailleurs le siècle est passé !

Je ne peux manquer de vous rapporter pour la bonne bouche qu’au cours des dernières années du siècle, Régis BLANCHET et certains de ses compagnons de route, ont reçu l’Ordre sacré de la Prêtrise dans le Collège Panthéiste Chrétien que j’évoquais au début de mon intervention.
Soit, ainsi soit-il !

°
°     °

Régis Blanchet et Gwenc’hlan Le Scouëzec sont morts.

Quels qu’aient été les errements du début, il est impossible d’en tenir rigueur à Régis BLANCHET qui a eu le mérite d’inventer le concept de la « Résurgence des Rites forestiers » et le talent de le mettre en chantier, ce qui n’a pas dû être une mince affaire !.

Gwenc’hlan Le Scouëzec apparaîtra une dernière fois pendant la cérémonie de création de La Renouée en février 2008 sous la forme symbolique d’un tronc d’arbre honoré par quelques-uns, contre la volonté des fondateurs, par la grâce du BC M. H. qui tentait ainsi de rassembler les Ventes, « druidiques » et « non-druidiques », trop indépendantes les unes des autres à son gré.
Nous les BBCC fondateurs de La Renouée étions là « instrumentalisés » mais trop contents d’exister, nous n’avons rien dit...

JPVW le 14 avril 2012




pucePlan du site puceContact puceEspace rédacteurs puce

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

2015-2017 © La Renouée - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.11
Hébergeur : OVH